Notre souveraineté doit aussi être intellectuelle

by | 17 mai 2022

Le problème n’est pas tant la nécessité de faire appel à des cabinets de conseil que la dépendance de la France à une pensée stratégique élaborée outre-Atlantique, estime Augustin Van Rijckevorsel, fondateur de Circle.

Par Augustin Van Rijckervorsel (Président et fondateur de Circle.)

Avec la crise sanitaire, les Français ont pris conscience de la nécessité, pour l’Hexagone, de rebâtir sa souveraineté industrielle dans le domaine des médicaments, des semi-conducteurs ou des batteries. Avec la crise ukrainienne, c’est notre souveraineté énergétique et militaire qui a été mise en cause. Dans les deux cas, des réponses peuvent être trouvées à l’échelle nationale, d’autres à l’échelle européenne.

Mais s’il est un domaine où le besoin d’indépendance ne semble pas avoir été questionné, c’est celui de notre souveraineté « intellectuelle ». Sans doute la France a-t-elle réussi à faire respecter sa fameuse « exception culturelle » ( nous obligeons les grandes plates-formes, les Netflix, Disney ou Amazon, à créer français ), mais les enjeux de souveraineté intellectuelle vont bien au-delà de l’industrie du cinéma. Bon nombre de métiers ont des implications directes et indirectes sur la vie sociale et économique de la France et de l’Europe, et sur leur devenir.

Confidentialité des informations

Le premier est celui du conseil. Le débat qui s’est fait jour sur le recours aux cabinets de conseil par la puissance publique, et qui dénonce la quantité de missions, leur coût, ou l’évitement d’impôts par certains prestataires, laisse dans l’ombre une dimension essentielle : leur origine géographique.

Le problème est moins la nécessité de faire appel à des talents externes – toutes les organisations performantes, entreprises et Etats, y ont recours, aucune ne pouvant posséder, en interne, les compétences nécessaires à toutes les missions supplémentaires -, que la dépendance de la France à une pensée stratégique élaborée outre-Atlantique. Ou, à tout le moins, fortement inspirée par des principes économiques et une vision sociétale anglo-saxons.

En confiant des travaux qui engagent notre futur, majoritairement à des sociétés de cultures différentes de la nôtre, ou dont les intérêts peuvent diverger des nôtres, la France ne prend-elle pas des risques ? On pense à la confidentialité des informations, bien sûr, ou à la concurrence déloyale vis-à-vis des acteurs locaux si la fiscalité n’est pas la même pour tous, mais là n’est pas l’essentiel.

Ces prestataires ont, par leurs recommandations, une influence directe sur les décisions d’investissement, les ouvertures ou les fermetures de sites, la (re)localisation des usines . Ils pèsent sur l’emploi et pilotent des transferts de technologie. Ils investissent eux-mêmes dans la R&D. Ils contribuent à la prospérité future du pays… ou à sa relégation. S’il est établi que la nationalité d’un CEO a une influence sur ses décisions, la nationalité de ceux qui le conseillent en a une aussi.

Données sensibles

En réalité, ce sont tous les métiers à forte propriété intellectuelle qui sont concernés : les cabinets de recrutement qui choisissent les dirigeants des firmes, les banques d’affaires qui les conseillent lors des opérations de M&A, les avocats, les conseillers juridiques…

De même que l’on peut s’inquiéter de confier ses données sensibles à Amazon Web Services ou à Google, soumis au Cloud Act américain, et rêver d’ un Cloud européen compétitif, l’on peut s’accorder sur la nécessité de développer, à l’échelle de l’Europe, des drones de renseignement ou des avions de combat. Mais le moment n’est-il pas venu de rebâtir une souveraineté des métiers à forte propriété intellectuelle, afin d’adresser tous les enjeux d’indépendance industrielle et technologique auxquels nous sommes confrontés, et de donner à la France toutes ses chances ?

Loin de nous l’idée qu’il faille appliquer un protectionnisme à outrance ; mais nous sommes convaincus qu’à l’instar du mouvement de la French Tech, qui a accompagné la montée en puissance d’une trentaine de licornes , les métiers à forte propriété intellectuelle doivent être considérés, par les pouvoirs publics et les groupes privés, comme de véritables partenaires sur lesquels ils peuvent s’appuyer en toute confiance, afin de donner corps à leurs ambitions et d’envisager sereinement leur futur. Après la French Fab et la French Tech, pourquoi pas la « French Intellect » ?

Augustin Van Rijckevorsel est président et fondateur du cabinet de conseil en stratégie Circle.

Lien de l’article dans les Echos 

15 septembre 2022

La souveraineté intellectuelle, un choix d’avenir stratégique

Il n’y a pas à dire, Circle porte bien son nom ! Arrivé depuis à peine trois ans sur le marché du conseil en stratégie, ce cabinet fait déjà sa révolution. Fondée par un entrepreneur qui se revendique comme tel, cette entreprise fait le pari de s’adapter au monde...

15 septembre 2022

Un pas de côté pour écrire

Alexis Bonon, 31 ans, senior manager chez Circle depuis un an, au BCG entre 2015 et 2020, a pris plusieurs mois de congé sans solde afin d’écrire un nouveau roman. Son sujet, le dérèglement climatique, est d’actualité.Par Alexis Bonon (Senior Manager au sein de...

24 juillet 2022

Un Advisory Board très VIP

Après Benjamin Grivaux (un proche du président Macron), Vincent Desportes (ex-général des armée), Rachel Picard (présidente du CA de Criteo), Cyril Abiteboul (directeur de Renault F1 Team jusqu’en janvier 2021), Circle annonce, à quelques jours d’intervalle...

24 juillet 2022

De Koh-Lanta à Circle : le nouveau totem d’Alexia Laroche-Joubert

Circle fait un coup très people. Son advisory board vient de s’agrandir avec l’arrivée de l’animatrice-productrice star de la téléréalité, Alexia Laroche-Joubert.Cela fait quelques mois que le fondateur du cabinet, Augustin van Rijckevorsel, cherche à capter des...

14 avril 2022

Top 25 des cabinets de conseil en France

Créé par le Syndicat français de l’intelligence économique (Synfie), l'Observatoire de l'intelligence économique français (OIEF) a pour but de détecter au plus tôt les menaces pesant sur les entreprises françaises et les technologies stratégiques et alerter les...

11 janvier 2022

Benjamin Griveaux, Vincent Desportes… : Circle présente ses VIP

C’est sous les arcades du café Lapérouse, fraîchement inauguré au sein de l’Hôtel de la Marine, situé place de la Concorde, que Circle devait présenter mercredi 24 novembre les personnalités (toutes masculines) qui constitueront dorénavant l’advisory board du...

27 septembre 2021

Renault : la nouvelle vie de consultant du patron de la F1

Cyril Abiteboul, qui avait quitté ses fonctions de patron des activités sportives de Renault en début d’année, a rejoint à la rentrée de septembre 2021 Circle en tant que senior advisor – un rôle taillé sur mesure dans lequel il devra vendre et conduire des...

14 septembre 2021

DG de Solendro : le pari culotté d’un associé de Circle

L’un des trois associés cofondateurs de Circle, Olivier Brisac, renonce au conseil et prend la direction de Solendro.  Il vient, en effet, d’être nommé CEO du site de e-commerce de sous-vêtements pour hommes. Deux ans après sa création, il quitte donc Circle...

9 juillet 2021

Nouveau logo, nouveau site : Circle joue à fond la carte de la com’

Circle a dévoilé début mai 2021 ses nouvelles couleurs. Le cabinet, né en février 2019, présente un nouveau site internet et un nouveau logo. Ils sont le fruit d’une mission de refonte de marque confiée par Circle à Laurent Vincenti, associé de l’agence Yuma et...